fbpx

Vladimir Dlouhy

L'OCDE est une grande organisation et son potentiel, encore plus grand!

Ces dernières années, l’OCDE est devenue une organisation hautement respectée, son influence et son rayonnement se sont accrus dans le monde entier, nombre d’objectifs d’envergure ont été réalisés. Néanmoins, les moments comme ceux-ci vont mettre à l’épreuve sa valeur et son importance.

Mon objectif est de réussir dans cette épreuve et de prouver la valeur de l’Organisation. Je veux me fonder sur ses réalisations pour continuer son travail afin d’accroitre la valeur ajoutée qu’elle a pour ses pays membres, de renforcer sa position dans le monde, d’améliorer sa capacité de faire face aux nouveaux défis et de réagir d’une manière adéquate à l’évolution rapide du monde.   

Je suis convaincu que mon expérience unique et mes connaissances et compétences y contribueront largement et que sous ma direction l’OCDE sera perçue comme une organisation internationale moderne et compétente qui n’oublie pas ses racines et son fond et prête soutien à ses pays membres.

Téléchargez

A descargar versión en español

Candidat de la République tchèque au poste de Secrétaire général de l’OCDE Priorités stratégiques pour la période 2021 – 2026

Je suis honoré de pouvoir être le candidat la République tchèque au poste de secrétaire général de l’OCDE et de jouir du plein soutien du gouvernement tchèque.

La République tchèque est membre de l’OCDE depuis 1995 et a été le premier pays de l’Europe centrale et de l’Est à intégrer l’organisation. A cette époque, nous étions encore en train de réaliser des transformations sociales et économiques fondamentales. En tant que vice-premier ministre et ministre de l’Economie, et plus tard ministre de l’Industrie et du Commerce, j’étais l’un des membres principaux de l’équipe responsable des réformes cruciales en ces temps difficiles. Une transition réussie, d’une économie planifiée centralisée, à l’économie de marché, a été notre plus grande réussite ; et je suis convaincu que je peux bâtir sur cette remarquable expérience pour soutenir l’OCDE à gérer l’actuelle crise de COVID-19.

 

Cette crise est un défi sans précédent, qui a de très graves conséquences socio-économiques. Sans aucun doute, l’économie mondiale nécessitera des changements profonds et durables. Il est évident qu’il n’est plus possible de faire des affaires comme auparavant. Il est essentiel que l’OCDE joue un rôle de premier plan et mobilise toute son expertise et sa capacité pour contribuer à une reprise mondiale complexe.

Cela fait vingt-cinq ans que la République tchèque a adhéré à l’OCDE. Grâce aux expériences précieuses et conseils experts de cette organisation, notre pays est parvenu à réaliser sa transformation économique pour devenir une économie ouverte, axée sur l’exportation et industriellement développée. En même temps, nos meilleures pratiques, expertises et opinions ont aidé à façonner les instruments et les résultats de l’OCDE. L’expérience de la Tchéquie avec son adhésion et son appartenance à l’OCDE est une belle preuve des avantages mutuels découlant de l’alignement du pays à l’Organisation.

Les vingt-cinq années d’une coopération pratique et utile, basée sur un échange des connaissances intenses nous ont permis de mieux comprendre le fonctionnement de l’OCDE, ainsi que l’importance à servir ces membres et à réaliser sa mission ancrée dans sa Convention.

Maintenant, en tant que candidat au poste de secrétaire général de l’OCDE dans ces temps difficiles, j’aimerais mettre toutes mes expériences, connaissances et capacités au service de l’OCDE, ses Etats membres et l’économie mondiale comme telle.

Three priorities for OECD in 2021-2026

1. Affermir le mandat principal de l’OCDE et renforcer la gestion de l’Organisation par ses membres

2. Faire valoir la position stratégique de l’OCDE dans le monde entier

3. Améliorer la gestion de l’OCDE et sa gouvernance interne

1. Affermir le mandat principal de l’OCDE et renforcer la gestion de l’Organisation par ses membres

Même pour l’optique de 2020, la mission de l’OCDE exprimée dans sa Convention a prouvé sa validité et son importance. Tenant compte du développement de l’économie mondiale, des turbulences et des incertitudes actuelles dans le monde, je pense qu’il est important que l’OCDE réaffirme ses bases d’une organisation axée sur les affaires économiques et appliquant une approche horizontale et multidisciplinaire.

Je ferai le maximum pour renforcer les méthodes de travail de l’OCDE basées sur un processus de décision consensuel, sur des échanges d’expériences et de meilleures pratiques, sur le mécanisme de l’évaluation et des pressions des pairs. Ces principes permettront d’assurer que le travail de l’OCDE aboutisse à des conseils politiques objectifs, indépendants et basés sur les faits au bénéfice de ses membres, pour appuyer l’engagement des pays membres dans l’Organisation et pour renforcer leur impact sur la pertinence et la qualité des résultats de l’OCDE.

Je suis convaincu que le mandat principal de l’OCDE devrait respecter un nombre restreint des priorités principales. Se concentrer sur les problèmes les plus importants, c’est la manière la plus efficace de gouvernance en temps de crise. A cet égard, l’OCDE devrait respecter fermement ses valeurs principales. Je suis toutefois convaincu qu’elle devrait en même temps être flexible pour déceler et affronter les défis nouveaux, tels que la transformation numérique et le système international de la taxe numérique, la pandémie, les retombées économiques du vieillissement de la population ou le changement climatique.  Il y a beaucoup d’exemples d’une réaction rapide et appropriée de l’OCDE aux besoins de ses membres, ce dont témoigne par exemple la plateforme créée récemment pour réagir à la crise de COVID-19.

La pandémie nous a mis dans une situation tout à fait nouvelle, jamais vue auparavant, ressemblant peut-être à celle vécue par les économies planifiées au début des années 1990. Partant de mon expérience avec la transformation de l’économie tchèque, j’aimerais attacher une attention spéciale à combatte ce défi, à atténuer ses retombées économiques et à encourager une reprise plus rapide et plus résiliente.

En tant qu’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce, je juge nécessaire d’accentuer notamment de grandes répercussions de cette crise sur le commerce mondial. Le commerce mondial est l’un des secteurs affectés le plus gravement par la crise de COVID-19. Il est tout aussi important de garder à l’esprit que le commerce sera l’élément essentiel de la reprise économique. Je voudrais donc consacrer une attention particulière au renforcement du rôle de l’OCDE lors de l’examen des perspectives et de l’analyse des mesures et des actions en vue de maintenir le flux des échanges commerciaux, de réduire des obstacles au commerce et d’instaurer les règles de jeu équitables à l’échelle mondiale.

Au cours de mon mandat, l’OCDE devra aussi continuer à se consacrer à l’élaboration des normes et des produits soutenant une politique fiscale internationale transparente, luttant contre la corruption dans le commerce international, augmentant la productivité, la croissance économique inclusive et une gestion responsable des ressources naturelles.

2. Faire valoir la position stratégique de l’OCDE dans le monde entier

L’OCDE devra continuer à renforcer et à améliorer sa contribution au développement de l’économie mondiale. Les instruments de l’OCDE, tels que la Convention contre la corruption, la Convention multilatérale pour la mise en œuvre des mesures relatives aux conventions fiscales pour prévenir l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS), la Déclaration de l’OCDE sur l’investissement international et les entreprises multinationales sont de bons exemples d’une telle contribution et influence mondiale.

Dans ce contexte, je m’engage à maintenir et à approfondir les relations de l’OCDE avec ses partenaires clés, avec les autres non-membres et parties prenantes et à les sensibiliser aux bénéfices découlant de la coopération multilatérale.

J’entends exploiter les réussites précédentes et continuer à développer les relations mondiales de l’OCDE basées sur les bénéfices mutuels, la réciprocité, la diffusion des meilleurs pratiques et un respect accru aux valeurs et standards de l’OCDE, nécessaires aujourd’hui plus que jamais auparavant.

L’OCDE devra aussi rester engagée dans les négociations internationales sur les questions mondiales essentielles et contribuer à l’instauration des règles du jeu équitable à l’échelle mondiale. Elle a un grand rôle à jouer pour promouvoir l’ouverture d’esprit et les valeurs partagées telles qu’Etat de droit, l’économie de marché ou les droits de l’homme. De telles pratiques peuvent renforcer davantage l’importance, la position et l’influence de l’Organisation dans le monde. Je voudrais profiter de cet avantage pour appuyer un multilatéralisme viable, prospectif et fonctionnel apportant des solutions vitales aux défis mondiaux.

Je me rends aussi très bien compte que, pendant de longues années, les débats entre les pays membres sur l’élargissement futur de l’Organisation n’ont pas été achevés. D’après moi, ce problème en suspens nécessite une solution. Je suis prêt à m’en occuper et, ensemble avec les pays membres, à chercher des solutions possibles et mutuellement acceptables.

3. Améliorer la gestion de l’OCDE et sa gouvernance interne

Le nouveau secrétaire général de l’OCDE doit être un leader fort, mais comme l’OCDE est une organisation gérée par ses membres, ce principe doit être pleinement respecté par ses dirigeants. Les pays membres de l’Organisation font partie des économies les plus avancées et développées du monde et leurs expériences sont l’atout le plus précieux de l’Organisation.  Les pays membres devraient jouer un rôle central dans la planification stratégique, l’établissement des priorités et dans les opérations majeures de gestion. Je veillerai à ce que le secrétariat de l’OCDE prête une oreille attentive aux pays membres, qu’il respecte leurs vues et revendications et reflète leurs intérêts et priorités dans son programme de travail. L’OCDE doit garantir que son travail soit d’une importance et d’une utilité majeure à ses pays membres.

Le consensus, principe décisionnel de l’OCDE doit être sauvegardé pour assurer que les pays membres participent d’une manière appropriée à l’organisation d’un bon fonctionnement de l’OCDE. À cet égard, je veux jouer un rôle de soutien, faciliter la discussion d’une manière constructive et faire des efforts pour établir le consensus entre les pays membres.

Les ressources humaines hautement qualifiées et diversifiés sont l’une des conditions préalables majeures d’un fonctionnement effectif de l’Organisation. Je voudrais alors mettre en place une gestion politique personnelle en vue d’assurer un développement des meilleurs talents qui serait attractif et durable et apporterait des résultats de la plus haute qualité. J’aimerais m’axer sur une gestion transparente, équitable et responsable de ressources humaines pour motiver le personnel à travailler comme une équipe fiable et productive évitant le travail en silo. Il est important d’équilibrer la flexibilité du profil du personnel ce qui va permettre de répondre aux exigences en matière de compétences et professions nouvelles, avec un personnel compétent stable indispensable pour préserver la mémoire institutionnelle. J’estime qu’il faut faire plus pour améliorer la diversité du personnel, pour augmenter le nombre des employés des pays membres sous-représentés, pour faire progresser la parité homme-femme au sein des hautes fonctions de l’organisation et pour développer les compétences dans les deux langues officielles.

Pour faire face aux difficultés budgétaires persistantes, en particulier en ces temps incertains liés à l’actuelle crise de COVID-19, je prévois d’adopter une approche responsable à l’établissement de budgets et de promouvoir un haut niveau de responsabilité, du rapport coût-efficacité et de transparence. J’entends aussi poursuivre avec les pays membres un dialogue suivi et ouvert sur les questions budgétaires pour éviter de prendre des mesures unifiées qui sont probablement les plus faciles, mais potentiellement les plus risquées, comme par exemple les coupures budgétaires générales sans considérations appropriées des priorités établies (taux de décote).

Pour améliorer la gestion efficace de l’Organisation, je me concentrerai à exploiter les synergies, à approfondir la coopération des commissions et à éviter les silos politiques.  Une telle approche a déjà été employée avec succès dans les projets horizontaux de l’OCDE et je veux poursuivre de tels projets à l’avenir.